En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Le fantastique 4°

Le vampire et le loup

Par REMI SECCHI, publié le lundi 11 décembre 2017 14:17 - Mis à jour le lundi 15 janvier 2018 15:54

J'aperçus dans l'obscurité une meute de loups, alors je montais tout en haut de l'arbre, et j'aperçus que j'avais une corde de randonnée dans mon sac. Puis, je sautais d'arbres en arbres mais je me retournais et je m'aperçus que la meute de loups garou me suivait toujours. Le soleil se cachait, puis la nuit arriva d'un grand pas, et je réussis a faire mon camp tout en haut de l'arbre, je plantais ma tente, avec tout le reste de mon matériel.

Je pris un bâton et une allumette, puis j'allumais  le bâton, je lançais un couteau sur un loup de la meute puis ils s'éloignèrent de moi. Je descendis de l'arbre puis j'allai sucé le sang du loup qui était blessé. Une fois que j'allais boire son sang je me sentait mieux. Puis je me retournais et j'étais entouré de loup garou. J'eus peur, alors je criais très fort  et  je courais très vite vers le village le plus proche, j'arrivais devant un l'immeuble en ruine, sur le coup j'avais des frisons.

Je vis la porte de l'immeuble partiellement entrouverte, je rentrais dans l'immeuble, il faisait tout noir. Je trébuchais à cause d'une pierre qui était en plein milieu de mon passage, alors je tomba par terre et je m'ouvris la jambe. Ils faisait nuit et froid je n'avais plus de matériel, je m'endormis et je me réveilla au petit matin vers huit heures et demi, je partis dans la forêt ou je mettais fait attaquer. Je montais à l'arbre la ou j'avais fait  mon petit camp. Je pris tout le matériel que j'avais mis.

Je retournais vers le village mais je ne retrouvais pas mon chemin. J' eus très peur car si je me retrouvais encore fasse a la meute de loups garous ou d'autres créatures similaires je pourrais bien me faire tuer. A se moment là, je me disais que je n'avais pas d'autres chances. J'eus tellement peur que je fabriquais une lance avec au bout un silex et a l'opposé un bâton en bois de chêne bien solide. Puis je partis sereinement dans le village et tout d'un coup je vis la meute de loup qui se dirigeait tout droit  sur moi.

Et tout à  coup je sortis ma lance et je la lançai sur un des loup garou de la meute. Puis j'allais chercher la lance qui était encore plantée dans le ventre du loups blessé. Dès que le loup était tombais par terre tout le reste de la meute eut peur, et  ils s'éloignèrent. Je fis plein de piège avec des fils de fer et des bout de bois avec tout ce que je trouvais. Je rentrais au village, et je m'endormis dans l'immeuble ou j'avais fait mon camp. Le lendemain matin j'allais voir si les pièges avaient marché , sur une dizaine de loups, il y en avait cinq qui c'était fait attrapais par les pièges donc il en restait cinq en liberté. Je remis les pièges en marche et je les avaient tous tuaient. Maintenant qu'il n'y avait plus plus de loups, j'étais serein. Je rentrais chez moi.

Fin