En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Le fantastique 4°

L'objet douteux

Par REMI SECCHI, publié le mardi 12 décembre 2017 09:39 - Mis à jour le lundi 15 janvier 2018 15:55

  Un jour, je rentrais chez moi plus malheureux que jamais, la tête baissée en pensant à ce que j'allais devenir car ce jour - là ma vie s'écroula, je n'avais plus d'argent ! Ne sachant que faire, je rentrais chez moi et me mis à réfléchir. La nuit tomba puis le jour arriva sans que je ne trouve aucune solution.

Alors je décidais d'aller voir mon vieil ami l'antiquaire dans l'espoir qu'il pourrait m'aider ou du moins, me réconforter. Quand je rentrai dans sa boutique, il me vit et me demanda pourquoi j'étais si triste. Je répondis que je n'avais plus d'argent alors il me conseilla de prendre une vieille lampe poussiéreuse qui était posée sur une étagère; il m'affirma qu'elle avait des vertus magiques. Je pris la lampe et rentrai chez moi, en me disant que mon ami devenait un peu fou !

Sur le chemin une idée étrange me vint à l'esprit, et si cette lampe était vraiment magique ? Je chassai vite cette idée de ma tête et rentrais dans mon salon au moment où le soleil se couchait. Je me mis à la nettoyer car elle était d'une saleté repoussante. Au bout d'un moment, je sentis que mes mains devenaient moites. Je fus parcourus de frissons, puis ma tête se mit à tourner et la lampe à vibrer dans mes mains. Je fus pris d'une telle peur que je lâchai la lampe qui tomba par terre dans un bruit sourd. Cette lampe n'était pas normale, j'en étais sur ! Je tremblais de tout mon corps. Soudain, toutes les lumières s'éteignirent, seule une bougie resta allumée, sa faible lueur ne diffusait que très peu de lumière. Je sentais dans l'air une présence que j'étais incapable de voir. Quand je me décidai enfin à regarder la pièce, une voix résonna dans mon salon, une voix qui ressemblait au crépitement du feu. Quand elle parla, mes genoux vacillèrent et je faillis m'évanouir. J'avais perdu toute notion d'espace ou de temps. Je ne reconnaissais plus mon salon, tous les meubles étaient baignés dans l'obscurité. J'essayai de me persuader que la voix n'était qu'un fait de mon imagination mais elle était bel et bien là.C'était une voix grave qui résonnait comme un écho. Elle parlait calmement, elle me demanda ce que je souhaitais. A ce moment là, je sentais que mon coeur sautait de joie, toute la peur que je ressentais quelques instants auparavant avait disparu. A mon soulagement, je fus capable de parler et je répondit que j'avais un besoin d'argent. Dès que j'eus finis de prononcer mes paroles, un tas d'argent apparut devant moi. J'entendis à nouveau comme le crépitement du feu, la voix s'éteignit. Tout à coup les lumières se rallumèrent et mon salon fut illuminé d'une vive lumière. Quand je repris mes esprits, je me mis à chercher l'étrange lampe, je la cherchais partout, mais elle avait disparu sans laisser de trace. Je décidai alors de prendre l'argent qui étincelait à mes pieds pour l'examiner, je m'assis par terre pour compter les pièces. Mais quand je pris les pièces dans ma main elle disparurent aussitôt. Pris de panique, je pris tout l'argent et le fourra dans mes poche. Pendant une fraction de secondes je sentais la lourdeur des pièces sur ma cuisse puis leur poids disparu. je vidai alors mes poches mais il n'y avait rien dedans.

Je n'ai jamais retrouvé cet argent, ni la lampe, ni mon vieil ami !